Catégories
Produits de soins

Quel « Botox » faut-il utiliser pour traiter mes rides ?


Médecins de soins de la peau

Le Dr Arndt injecte du Botox au front des patientsLa réponse courte à cette question est NON… jusqu’à présent. Ce qui compte vraiment, c’est l’injecteur. Voici pourquoi.

Qu’est-ce que le « Botox »

Passons en revue ce qu’est le Botox et comment il a évolué. La toxine botulique est purifiée à partir de Clostridium botulinum, une bactérie qui peut mal se développer dans les aliments en conserve ou en conserve. Il est extrêmement puissant – une quantité de toxine en poudre de la taille d’une aspirine pour bébé est suffisante pour faire l’approvisionnement mondial en Botox pendant un an. La toxine botulique bloque la libération d’un produit chimique qui demande aux muscles de se contracter. Si les muscles des sourcils ou du front ralentissent ou cessent de se contracter après une exposition à la toxine botulique, les grimaces et les rides du front qu’ils ont provoquées diminuent ou disparaissent. La toxine a été initialement approuvée par la FDA des États-Unis en 1989 pour le traitement du strabisme (yeux croisés), du blépharospasme et de la dystonie cervicale. Depuis lors, l’intérêt pour les utilisations des toxines botuliques pour leurs effets médicaux et esthétiques s’est considérablement accru, tout comme le marché de ces produits.

Une découverte fortuite

L’observation selon laquelle l’injection d’une petite quantité de toxine botulique pourrait être utile pour diminuer le froncement des sourcils et les rides du front a été initialement faite par un collègue ophtalmologiste de Vancouver. Elle traitait une patiente pour un blépharospasme, mais lors d’un rendez-vous, la patiente a protesté lorsqu’elle n’a pas reçu d’injection dans son front. Elle a déclaré qu’une injection précédente lui avait donné une « belle expression sereine ». L’ophtalmologiste Jean Carruthers et son mari Alastair Carruthers, dermatologue, ont alors commencé à évaluer l’utilisation de ce composé pour traiter les rides d’expression du visage. Pour évaluer son efficacité, ils ont ensuite injecté leur réceptionniste, qui en quelques jours avait un front plus lisse et une « expression rafraîchie, ouverte et plus jeune ». Jean a alors décidé d’utiliser la drogue sur elle-même, et dit qu’elle « n’a plus froncé les sourcils depuis » ! Les Carruthers ont ensuite rendu compte de leurs observations dans des revues médicales, mais ses propriétés uniques ont été lentes à être reconnues et adoptées par les médecins. Enfin, en 2002, une toxine botulique fabriquée par Allergan sous le nom de Botox Cosmetic (onabotulinumtoxinA,) a été approuvée par la FDA pour le traitement des rides du lion.

Au fur et à mesure que l’intérêt pour l’utilisation des toxines botuliques s’est accru, d’autres fabricants de produits pharmaceutiques ont commencé à produire leur propre marque de toxine. En 2009, la marque Galderma, Dysport (abobotulinumtoxinA) a été approuvée, suivie de Xeomin (incobotulinumtoxinA), la marque Merz Aesthetics en 2011, et Jeuveau (prabotulinumtoxinA), la marque Evolence en 2019. Il existe d’autres marques de toxine botulique utilisées en Europe. et l’Asie aussi.

Mêmes effets quelle que soit la marque de la toxine

Quelle que soit la marque de toxine injectée, les effets sont les mêmes car elles contiennent toutes la même toxine. Chaque produit est quelque peu différent des autres, mais la toxine botulique produit des résultats identiques dans chaque cas et leurs durées d’effet se regroupent toutes autour de trois ou quatre mois jusqu’à présent. Les propriétés de chaque marque varient à certains égards – elles doivent être préparées pour l’injection dans différentes dilutions et leur propagation dans les tissus peut varier, mais une fois injectées, il est impossible de distinguer leurs effets. Une personne injectée avec une toxine semble identique à une personne injectée avec une autre marque. L’aspect le plus important d’être injecté avec ces agents est de le faire faire par un clinicien habile, bien formé et expérimenté qui sait le mieux comment apporter les améliorations subtiles possibles avec ces produits uniques.

Prochaine étape, une toxine aux effets prolongés

Il existe depuis longtemps un intérêt pour l’identification d’un produit à base de toxine botulique avec un résultat plus prolongé, éliminant ainsi le besoin de revenir tous les quelques mois pour renouveler les effets des toxines actuelles. Un nouveau produit, la daxibotulinumtoxinA, fabriqué par Revance, est évalué depuis plusieurs années et devrait être disponible aux États-Unis dans les prochains mois. Sur la base de plusieurs études, le temps médian de retour à l’expression initiale du froncement des sourcils était de 28 semaines après l’injection. Cela signifie que la durée d’effet de cette toxine dure au moins environ deux mois de plus que celle de n’importe laquelle des autres toxines de marque. Lorsqu’elle sera disponible, elle fera certainement une différence majeure dans l’utilisation de ces toxines botuliques par les médecins et suscitera un vif intérêt de la part du public.

Le terme « Botox » est si couramment utilisé qu’il est devenu un terme générique ou familier, comme lorsque l’on fait référence à « Kleenex » pour les mouchoirs en papier ou « Xeroxing » lors de la copie d’un document. Lorsque les patients disent qu’ils ont reçu une injection de « Botox », à moins qu’ils ne sachent précisément ce qui a été utilisé, ils peuvent avoir reçu l’une des quatre marques différentes de toxines. Ils fonctionnent tous bien et ils ont les mêmes résultats. Dans un avenir proche, cependant, lorsque la nouvelle toxine Revance sera disponible, il y aura alors effectivement une différence dans la durée des effets en fonction de la toxine utilisée. À ce stade, il sera important de savoir précisément ce qui a été administré et à quoi s’attendre, mais l’importance de voir un injecteur médical formé et qualifié ne disparaîtra pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *