Catégories
Produits de soins

4 traitements et problèmes du contour des yeux


J’ai 62 ans. Après une injection de Botox il y a plus d’un an, j’ai ressenti une bulle de la paupière inférieure. J’ai attendu six mois puis j’ai eu un traitement Resurf Fx. La zone semble lisse au réveil, cependant, elle devient ridée au fur et à mesure que la journée avance. Quelle est ma meilleure option pour corriger ce problème ? Merci d’avance pour votre aide. Cordialement, Linda

Salut Linda – bonne question car ce domaine est complexe et il y a tellement de traitements maintenant. Voici quelques éléments de réflexion. Des yeux frais pour la nouvelle année sont un bon objectif, surtout avec ces masques qui couvrent toujours la partie inférieure de notre visage.

  1. Accumulation de liquide/yeux gonflés. La plupart d’entre nous se réveillent un peu gonflés le matin puis, au fur et à mesure que la journée avance, nous nous sentons mieux. Vous rencontrez le problème inverse. Vous avez l’impression d’avoir bonne mine le matin, puis les rides se font progressivement au fur et à mesure de la journée. Une possibilité est de corriger cela avec un mastic car il remplira la zone en dessous et aidera à maintenir le contour pendant la journée. Nous utilisons Restylane dans notre clinique, mais votre dermatologue pourra vous conseiller. Si vous avez le problème des yeux gonflés, essayez le Madison MD Eye Rescue; ça aide avec les yeux gonflés. Pour vous cependant, une crème pour les yeux comme la Pévonie dans notre boutique peut également aider avec les rides en fin de journée.
  2. Botox/Dysport paupière inférieure « bulle ». Les gens veulent dire des choses différentes lorsqu’ils utilisent ce terme profane (pas un terme médical). Mais la plupart semblent signifier une zone gonflée sous les yeux après le Botox/Dysport. Cela est souvent dû à un mauvais drainage lymphatique causé par une action musculaire réduite. Habituellement, il disparaîtra après une semaine ou deux. Un massage lymphatique doux de 5 à 10 secondes sous les yeux peut aider. Si cela ne disparaît pas, il faudra peut-être maintenir les injections plus haut, au-dessus du canthus latéral.
  3. Excès de peau de la paupière supérieure ou inférieure. Ces rides sont causées par un excès de peau relâchée qui apparaît lentement avec le temps. La peau est si fine autour des yeux et a très peu de glandes sébacées. L’utilisation d’une crème pour les yeux matin et soir aidera, mais cela ne résout généralement pas le problème. Les options non chirurgicales incluent le Thermage des paupières approuvé par la FDA (vous pouvez avoir besoin de plusieurs traitements) et les lasers de resurfaçage comme le CO2. L’embout oculaire Fraxel (approuvé par la FDA) peut également être utile si le problème n’est pas trop avancé. De gros sacs et beaucoup de cagoules peuvent nécessiter une intervention chirurgicale.
  4. Les yeux paraissent plus petits. Cela se produit dans une certaine mesure avec le vieillissement naturel. Mais vérifiez que vos joues, en particulier la joue médiane, n’ont pas été trop remplies, ce qui crée un effet étrange ressemblant à une étagère et crée un œil plus petit. De plus, trop de Botox peut trop faire tomber les sourcils et avoir un effet similaire.
  5. Auges de traitement proéminentes. Les charges pour remplir le creux peuvent être votre meilleure option. Les experts ne s’il vous plaît que la FDA hors étiquette. Et tout ce qui construit du collagène au fil du temps aidera.

J’espère que cela t’aides,

JOYEUSES VACANCES!

Dr Brandith

Catégories
Produits de soins

Med spa vs dermatologue : quelle est la différence


Médecins de soins de la peau

Co-auteurs : Dr Kenneth Arndt et Dr Jeffrey Dover

Dr Halgstrom et Dr Jessica Labadie dos à dos, chacun tenant un appareil Clear + BrilliantNous recevons souvent cette question… de la part de patients, d’amis et même de membres de leur propre famille. En tant que dermatologues certifiés par le conseil d’administration, nous pouvons être biaisés, mais la vérité est qu’il existe une énorme différence entre obtenir des traitements cosmétiques électifs dans un spa médical et un cabinet de dermatologie, en particulier lorsqu’il s’agit de procédures cosmétiques telles que les neurotoxines (par exemple, Botox, Dysport ), les charges (par exemple, Restylane, Juvederm) et les procédures au laser (par exemple, Fraxel). Il est important d’être conscient des différences, afin de prendre la bonne décision quand il s’agit de votre peau !

Que signifie être un dermatologue certifié par le conseil d’administration ?

Un dermatologue certifié par le conseil d’administration a au moins fait ce qui suit :

  • 12 ans de formation complétés
    – 4 ans de collège
    – 4 ans de faculté de médecine
    – 4 ans de résidence en dermatologie
  • Passé des examens annuels rigoureux en dermatologie
  • S’est engagé à se tenir au courant des dernières avancées en dermatologie

Certains dermatologues choisissent de compléter une année ou des années supplémentaires de bourse pour acquérir une expertise supplémentaire dans des domaines tels que la chirurgie esthétique et au laser et la chirurgie du cancer de la peau.

Pour vous assurer que votre dermatologue est certifié, vous pouvez soit : 1) vérifier sur leur site Web ou auprès de l’American Board of Dermatology, 2) rechercher les lettres « FAAD » dans leurs informations d’identification ou 3) simplement leur demander ! Être « certifié par le conseil » signifie que votre médecin a non seulement réussi un examen de certification standardisé, mais qu’il se tient également au courant des progrès médicaux et des meilleures pratiques.

Qu’est-ce qu’un Med Spa ?

Un spa médical ou « spa médical » est un établissement supervisé par un médecin spécialiste (généralement un fournisseur de soins de santé titulaire d’un diplôme en médecine ou d’une infirmière autorisée) et qui propose des expériences de spa de jour traditionnelles (p. on trouverait dans un établissement médical (par exemple, les lasers et les injections). Les types de traitements proposés dans les spas médicaux peuvent différer selon les organismes gouvernementaux et locaux. Dans le Massachusetts, les spas médicaux peuvent offrir bon nombre des mêmes traitements que l’on pourrait trouver dans un cabinet de dermatologie, comme les neurotoxines, les produits de comblement et les lasers. Habituellement, les traitements dans les spas médicaux coûtent (légèrement) moins cher que les mêmes traitements proposés dans les cabinets de dermatologie. Cette « réduction » est souvent ce qui pousse les patients à rechercher des traitements dans les installations de spa médical plutôt que dans les cabinets de médecin. Mais attention, les traitements sont rarement effectués par un dermatologue certifié à ces endroits.

Pourquoi cette distinction est-elle importante ?

Parce que c’est de votre visage dont nous parlons ! Même si de nombreuses procédures cosmétiques sont présentées comme étant « mini-invasives », en réalité de nombreux risques, certains très graves, accompagnent ces procédures « à faible risque ». Avec les procédures de neurotoxine (comme le Botox ou le Dysport), il y a toujours un risque d’injecter le mauvais muscle, ce qui affaiblit les mauvais muscles du visage. Avec les charges, il existe un risque d’injection du matériau dans une artère, ce qui pourrait entraîner des effets secondaires indésirables importants. Avec les lasers, la lumière et les sources d’énergie, il est important de s’adresser à quelqu’un qui n’adopte pas une approche de traitement à l’emporte-pièce, mais plutôt à quelqu’un qui a de l’expérience dans la fourniture de traitements personnalisés en fonction de votre type de peau, de votre état et du résultat souhaité. N’oubliez pas que les injections et les lasers sont des procédures médicales. Chez SkinCare Physicians, nous voyons de nombreux patients demander un deuxième avis ou une consultation pour aider à résoudre une complication survenue lors d’un ou plusieurs traitements reçus dans un spa médical.

Alors, ne devrais-je jamais visiter un Med Spa ?

Pas du tout! En fait, nous avons un spa médical chez SkinCare Physicians, le Advanced Dermatology Spa. Un spa médical supervisé de manière appropriée par des dermatologues qualifiés et doté de professionnels de la santé correctement formés est incroyable pour les soins du visage, les traitements des cils, le dermaplaning, le microblading des sourcils, les extractions, certains traitements de base avec des appareils énergétiques et les peelings chimiques. Les spas médicaux peuvent avoir des fournisseurs qui peuvent répondre à bon nombre de vos besoins cosmétiques. Cependant, en ce qui concerne les consultations initiales, les prescriptions de médicaments, le diagnostic d’affections cutanées spécifiques, la gestion des problèmes esthétiques sous-jacents et, surtout, l’administration de traitements à haut risque (comme les injections et les procédures au laser), consultez un dermatologue agréé.

En bout de ligne ?

En cas de doute, il est préférable de commencer par visiter un cabinet de dermatologie pour vos problèmes de soins de la peau. Ensuite, en fonction de vos objectifs de soins de la peau et des problèmes cosmétiques sous-jacents que vous espérez résoudre, votre dermatologue peut vous aider à vous orienter dans la bonne direction en termes d’options de traitement. Chez SkinCare Physicians, nous nous assurons de prendre en compte vos préoccupations esthétiques, le type de peau sous-jacent, ainsi que votre portefeuille lors de l’élaboration de votre plan de soins de la peau personnalisé. N’oubliez pas que c’est de votre santé et de votre visage que nous parlons, il y a trop en jeu !

Catégories
Produits de soins

Profhilo – le nouveau soin anti-âge ?


First Derm – Demandez à un dermatologue en ligne

Profhilo – le nouveau soin anti-âge ?

Les produits injectables tels que le botox et les produits de comblement cutané se glissent de plus en plus dans le courant dominant. Mais avez-vous entendu parler de la dernière tendance injectable anti-âge « Profhilo » ?

Profhilo est un traitement esthétique qualifié de « premier du genre ». Tout comme le produit de comblement dermique, il est composé d’acide hyaluronique (HA) et est injecté sous forme de gel via une aiguille. Une fois injecté, il stimule les récepteurs cellulaires de la peau pour améliorer la qualité de la peau en rétablissant l’hydratation et en favorisant l’éclat. En plus de booster la peau, il déclenche également une réponse dite de « bio-remodelage » qui améliore le vieillissement et le relâchement des tissus en lissant et raffermissant la peau. Le plus souvent, Profhilo est injecté dans le visage, le cou, les mains et d’autres zones présentant une laxité cutanée élevée. Le traitement convient aussi bien aux hommes qu’aux femmes et peut être administré aux adultes de tous âges.

Demandez dès aujourd’hui à un dermatologue tout autre problème de peau !

Comment fonctionne Profilo ? :

Comme mentionné précédemment, Profhilo induit une réponse de bio-remodelage. Il s’agit d’un processus qui amène la peau à créer plus de collagène et d’élastine – deux composés qui diminuent naturellement avec l’âge. Au fur et à mesure que la production de collagène et d’élastine est stimulée, plus d’eau est attirée dans les couches plus profondes de la peau. Cela se traduit par une amélioration significative des tissus car le resserrement et le lifting sont encouragés et l’apparence des rides et ridules est réduite.

Profhilo utilise une forme incroyablement pure d’acide hyaluronique qui est beaucoup plus liquide que l’AH utilisé dans les produits de comblement dermique. Une fois injecté dans les couches supérieures de la peau, l’AH se dispersera sans effort et commencera à agir comme un échafaudage sur les tissus pour lancer le processus de bio-remodelage.

Profhilo a-t-il des effets secondaires ? :

L’une des questions les plus fréquemment posées sur le traitement est de savoir s’il est sûr. Heureusement, l’acide hyaluronique est biocompatible, ce qui signifie qu’il est bien toléré par le corps humain. De toute façon, notre corps produit naturellement de l’acide hyaluronique, donc l’injection de quantités plus élevées de la substance déclenchera rarement des effets secondaires nocifs. Pour ajouter à cela, il est également hautement improbable qu’un client éprouve une réaction allergique au traitement. Profhilo est uniquement basé sur des acides corporels naturels et ne contient donc aucun produit chimique synthétique pouvant causer des dommages.

Les seuls effets secondaires signalés comme étant courants sont les ecchymoses légères qui peuvent survenir aux points d’injection. Ces symptômes disparaissent normalement en quelques jours et ne devraient pas être alarmants. La douleur peut également être ressentie lors de l’injection de l’aiguille d’injection dans votre peau. Mais le plus souvent, votre praticien applique généralement une crème anesthésiante pour réduire ou prévenir toute douleur.

Cependant, cela étant dit, si vous constatez que vous souffrez des effets secondaires suivants, nous vous conseillons fortement de contacter immédiatement un professionnel de la santé pour obtenir des conseils :

  • Décoloration des points d’injection (par exemple décoloration pâle ou grise).
  • Peau rouge et pigmentée.
  • Aggravation de l’enflure et des ecchymoses.
  • Douleur de croissance sévère.
  • Maladie générale telle que nausées ou étourdissements, etc.

Demandez dès aujourd’hui à un dermatologue tout autre problème de peau !

Combien de temps faut-il pour travailler ? :

Contrairement aux produits de comblement cutané, les résultats de votre première expérience Profhilo peuvent ne pas être aussi immédiats. Dans la plupart des cas, Profhilo est un traitement en 2 parties espacées d’environ 4 semaines. Les résultats complets ne sont généralement visibles qu’après la deuxième séance, car votre peau aurait produit suffisamment de collagène et d’élastine pour donner un teint plus ferme, plus lisse et plus repulpé.

Combien de temps dure Profhilo ? :

La durée de Profhilo peut varier d’un individu à l’autre. Cependant, de manière générale, les résultats peuvent durer jusqu’à environ 6 mois. Il est également possible d’avoir des traitements Profhilo avant et/ou après le botox ou les fillers. Tous ces traitements sont compatibles et, lorsqu’ils sont effectués correctement, peuvent bien fonctionner ensemble pour donner l’illusion d’une apparence plus jeune et remodelée.

Points clés à retenir:

  • Profhilo est un soin à base d’acide hyaluronique qui corrige le laxisme et l’hydratation de la peau.
  • Il encourage la production de collagène et d’élastine naturels grâce au processus de bio-remodelage.
  • L’acide hyaluronique est biocompatible, les effets secondaires nocifs et les réactions allergiques sont donc extrêmement rares.
  • Profhilo est généralement un traitement en 2 parties et les résultats complets ne sont généralement visibles qu’après la deuxième séance.
  • Ce traitement est temporaire et les résultats durent généralement jusqu’à 6 mois.

Demandez dès aujourd’hui à un dermatologue tout autre problème de peau !

A propos de l’auteur:

Je m’appelle Rain Speake, je suis titulaire d’un BSc en biologie humaine et d’un MSc en technologie de la santé de l’Université de Birmingham. Je m’intéresse aux soins de la peau et à la dermatologie et j’ai déjà entrepris des recherches sur la formulation d’un spray anti-cicatrices pour administration orale. Au-delà du laboratoire, j’aime me tenir au courant des nouvelles tendances scientifiques et communiquer au public des sujets liés à la santé.

Sources:

  • https://www.profilo.co.uk/
  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4602392/
  • https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/32685528/

Image de courtoisie :

  • Photo de Youssef Labibde Pexels
  • Photo par cottonbro de Pexels

Demandez à un dermatologue

Anonyme, rapide et sécurisé !

Envoyer un cas maintenant

Plus de 15 000+ lecteurs

Obtenez du contenu frais de First Derm

Demandez à un dermatologue maintenant

Anonyme, rapide et sécurisé !

Envoyer dans un cas maintenant

L’entrée Profhilo – le nouveau traitement anti-âge ? a été publié pour la première fois dans First Derm.

Catégories
Produits de soins

La consommation de produits laitiers provoque-t-elle l’acné ? –


L’acné est l’une des affections cutanées les plus courantes au monde, touchant environ 50 millions de personnes aux États-Unis seulement. Il se caractérise par des points noirs, des points blancs, des pustules, des papules et des kystes qui se forment à la suite de pores obstrués et d’un niveau accru de bactéries responsables de l’acné. Récemment, de plus en plus de preuves suggèrent que la consommation de produits laitiers peut être un facteur contribuant au développement de l’affection cutanée.

Demandez à un dermatologue aujourd’hui si vous avez des éruptions cutanées, des boutons ou tout autre problème de peau aujourd’hui !

Que dit réellement la science ? :

La corrélation entre l’alimentation et l’acné a été longtemps débattue, mais la consommation de produits laitiers arrive en tête comme le produit alimentaire avec la preuve la plus significative de son rôle dans l’apparition des boutons. À ce jour, les scientifiques n’ont pas réussi à conclure la relation réelle entre les deux. Cependant, alors que la recherche scientifique se poursuit, diverses études explorant le lien suggèrent que l’association entre les produits laitiers et l’acné ne peut pas être simplement ignorée.

Histoire de la recherche sur l’acné et les produits laitiers :

  • En 2005, la première étude portant sur plus de 40 000 participantes a révélé qu’il existait un lien positif entre le développement de l’acné et la consommation de lait écrémé et de fromage cottage.
  • En 2006, les mêmes chercheurs ont déterminé une autre relation positive entre les poussées de type acné et la consommation de lait entier, écrémé et écrémé chez les filles. Cependant, aucune corrélation significative n’a été trouvée entre l’acné et la teneur en matières grasses laitières.
  • Une étude de suivi de 2008 sur les garçons a découvert que l’acné et la consommation de lait écrémé étaient positivement liées. Cependant, contrairement à l’étude précédente, il n’y avait pas de relation significative entre l’acné et la consommation de lait entier ou faible en gras.
  • Une autre étude de 2008 a rapporté que les femmes qui buvaient plus de lait pendant leur adolescence présentaient une prévalence plus élevée d’acné sévère que celles qui buvaient des quantités minimes.
  • En 2012, une autre étude a démontré une association claire entre l’acné et la consommation fréquente de lait total et de lait écrémé.
  • En 2017, une méta-analyse a révélé une relation positive entre la consommation de produits laitiers, de lait total, de lait entier, de lait écrémé et écrémé et l’apparition de l’acné. Au contraire, aucune association significative entre le yaourt/fromage et le développement de l’acné n’a été observée.
  • Une autre étude de 2017 suggère que c’est peut-être la charge glycémique élevée du lait qui est responsable des poussées d’acné

Quels produits laitiers causent l’acné ? :

Il existe un mythe courant selon lequel tous les produits laitiers causent l’acné. Cependant, ce n’est pas le cas. Comme présenté dans les études ci-dessus, la recherche a indiqué que le lait écrémé et le lait entier sont plus problématiques par rapport à d’autres produits laitiers tels que le yogourt ou le fromage à pâte dure. En fait, des études ont montré que la consommation de yaourt peut réellement améliorer les éruptions cutanées actives. Par exemple, en 2010, des chercheurs ont découvert que les participants qui consommaient du yaourt (lait fermenté) contenant de la lactoferrine présentaient un nombre réduit de lésions.

Lait écrémé et lait entier :

En comparant à la fois le lait écrémé et le lait entier, les recherches ont montré que le précédent provoque le double du nombre de problèmes de peau. Cela pourrait être dû au fait que le lait écrémé contient plus de sucre ajouté, ce qui augmente l’indice glycémique du lait. De même, le lait écrémé est également connu pour contenir des ingrédients pro-inflammatoires tels que la protéine de lactosérum, qui a également été indiquée pour contribuer aux poussées d’acné.

Fait intéressant, il est également important de se rappeler que le lait entier est régulièrement complété par des hormones artificielles. Ces hormones peuvent déclencher une inflammation et des éruptions cutanées en modifiant l’équilibre hormonal naturel de votre corps.

Comment les produits laitiers causent-ils l’acné ? :

Alors que la recherche suggère une corrélation entre les produits laitiers et l’acné, le jury ne sait toujours pas quel peut être le mécanisme sous-jacent. Cependant, quelques théories ont été avancées par des scientifiques et des professionnels de la santé :

  • Les hormones: La majorité du lait aux États-Unis provient de vaches gestantes, les niveaux d’hormone de croissance dans le lait peuvent jouer un rôle dans la production excessive de sébum, ce qui favorise par conséquent l’acné. La digestion des protéines de lactosérum et de caséine dans le lait libère des facteurs de croissance analogues à l’insuline qui influencent la production de sébum et déclenchent des éruptions cutanées.
  • Aliments transformés : Lorsque les produits laitiers sont combinés avec des aliments transformés, les niveaux d’insuline internes augmentent, ce qui augmente le risque de boutons.
  • Intolérance au lactose: Certaines personnes sont intolérantes au lactose, ce qui signifie qu’elles ont des difficultés à digérer les produits laitiers. Lorsque les produits laitiers sont consommés, le corps réagit négativement et cela peut se manifester sous la forme d’acné kystique (bosses dures et douloureuses sous la peau) sur le menton et la mâchoire.

Demandez à un dermatologue aujourd’hui si vous avez des éruptions cutanées, des boutons ou tout autre problème de peau aujourd’hui !

Dois-je arrêter de consommer des produits laitiers ?

Un régime sans produits laitiers pourrait aider à diminuer la production de sébum, ce qui rend la peau moins grasse. Cela pourrait réduire la présence d’acné car l’huile bloque généralement les pores, ce qui conduit à des boutons.

En tant que tel, vous pouvez envisager de supprimer les produits laitiers de votre alimentation si vous remarquez plus d’éruptions cutanées et de boutons apparaissant sur votre peau. Dans un premier temps, commencez par découper le produit pendant quelques semaines. Si aucune amélioration n’est observée, il est peu probable que les produits laitiers soient la cause de votre acné.

Si vous adoptez un régime sans produits laitiers, sachez également que cela pourrait entraîner un manque de calcium et de vitamine D dans votre alimentation. En conséquence, vous devez vous rappeler de compléter adéquatement ces vitamines via d’autres sources.

Voici des exemples d’aliments non laitiers à haute teneur en calcium :

  • soja
  • épinard
  • gombo
  • chou frisé
  • certains poissons comme les sardines et le saumon
  • des flocons d’avoine et des céréales pour le petit déjeuner

Voici des exemples d’aliments non laitiers à haute teneur en vitamine D :

  • les poissons gras comme le thon, le maquereau et le saumon
  • je suis lait
  • céréales
  • foie de boeuf

Points clés à retenir:

  • La recherche suggère que la consommation de produits laitiers peut déclencher ou aggraver les poussées d’acné.
  • En particulier, le lait écrémé, le lait écrémé et le lait entier ont montré une association plus forte avec le développement de l’acné que le fromage et le yaourt.
  • Les mécanismes sous-jacents de la façon dont le lait provoque l’acné sont encore indéterminés. Cependant, de nombreux scientifiques pensent que cela pourrait être dû à la présence d’hormones de croissance et de facteurs pro-inflammatoires dans le lait.
  • Expérimenter votre alimentation en réduisant les produits laitiers pourrait valoir la peine d’essayer. Mais n’oubliez pas de faire attention au remplacement du calcium et de la vitamine D. Cela peut prendre jusqu’à 8 semaines pour voir des résultats – il est donc important de rester patient.

Demandez à un dermatologue aujourd’hui si vous avez des éruptions cutanées, des boutons ou tout autre problème de peau aujourd’hui !

A propos de l’auteur:

Je m’appelle Rain Speake, je suis titulaire d’un BSc en biologie humaine et d’un MSc en technologie de la santé de l’Université de Birmingham. Je m’intéresse aux soins de la peau et à la dermatologie et j’ai déjà entrepris des recherches sur la formulation d’un spray anti-cicatrices pour administration orale. Au-delà du laboratoire, j’aime me tenir au courant des nouvelles tendances scientifiques et communiquer au public des sujets liés à la santé.

Sources:

Image de courtoisie :

Catégories
Produits de soins

Que sont les acrochordons ? Sont-ils un signe de cancer ? –


Que sont les acrochordons ?

Les acrochordons sont des excroissances de tissus mous de couleur chair qui pendent de la peau par une fine tige de connexion. Ils se produisent généralement au niveau des vêtements ou des frottements peau à peau tels que :

  • cou
  • aisselles
  • sous les seins
  • retour
  • paupières
  • aine

Les tailles et les couleurs varient. La plupart des acrochordons mesurent entre 1 mm et 5 mm de diamètre, atteignant rarement plus de 5 cm de large. Les couleurs peuvent aller des beiges clairs aux rouges et bruns plus foncés en fonction du teint de la peau de la personne affectée. La plupart du temps, ces balises s’assombrissent en raison de l’âge. Cependant, dans certains cas, ces excroissances peuvent soudainement devenir violettes ou noires. Cela indique que la balise a coagulé.

Toute nouvelle croissance sur votre peau peut être une source de préoccupation, surtout si des changements de taille, de forme ou de couleur sont observés rapidement. Compte tenu des dangers du cancer de la peau, il est important de faire examiner toute nouvelle croissance par un dermatologue.

Demandez à un dermatologue aujourd’hui toute nouvelle croissance ou tout autre problème de peau aujourd’hui !

Qui est à risque d’acrochordons ?

N’importe qui et tout le monde peut développer une étiquette de peau. En fait, on estime que 46% de la population américaine en a. Alors qu’ils peuvent survenir à tout âge, ils semblent apparaître plus fréquemment chez les personnes âgées de 60 ans ou plus.

Les acrochordons sont également plus fréquents dans :

  • les personnes en surpoids et obèses
  • diabétiques
  • les femmes enceintes (en raison de changements hormonaux et d’une augmentation des niveaux de facteur de croissance)
  • les personnes présentant un déséquilibre des stéroïdes sexuels (par exemple, des changements dans les niveaux d’œstrogène et de progestérone)
  • personnes infectées par le virus du papillome humain (VPH)
  • ceux qui ont des troubles métaboliques

Les acrochordons sont-ils cancéreux ?

Non. Heureusement, tous les acrochordons sont bénins et non cancéreux, même les plus gros et les plus foncés ! Ils ne contiennent tout simplement que du collagène et ne nécessitent donc aucun traitement.

Cependant, il est très possible de confondre les lésions cancéreuses et les grains de beauté avec des excroissances inoffensives. Donc, s’il y en a, il est toujours préférable de consulter un dermatologue pour vous aider à déterminer votre cas.

Demandez à un dermatologue aujourd’hui toute nouvelle croissance ou tout autre problème de peau aujourd’hui !

Comment supprimer les acrochordons ?

Les acrochordons sont indolores et rarement dangereux. Cependant, il est compréhensible qu’un individu souhaite les faire retirer pour des raisons cosmétiques ou esthétiques.

Pour certains, ces excroissances peuvent naturellement déteindre ou tomber sans douleur. Dans d’autres, des excroissances plus grosses peuvent éclater sous la pression. Cependant, pour la plupart des gens, les acrochordons ne tombent généralement pas d’eux-mêmes. La seule façon de les supprimer complètement est via les procédures suivantes :

  • Cautérisation: L’acrochordon est brûlé à l’aide d’un courant électrique.
  • Cryochirurgie : L’acrochordon est congelé avec de l’azote liquide et tombe dans les 2 semaines.
  • Ligature : L’approvisionnement en sang de l’acrochordon est interrompu.
  • Excision : L’acrochordon est coupé physiquement avec un scalpel

Évitez de tenter l’une de ces procédures à la maison ; ils ne doivent être effectués que par un dermatologue ou un professionnel de la santé ayant reçu une formation similaire. Les produits en vente libre et les remèdes naturels ont également été suggérés pour agir comme des alternatives moins invasives. Ceux-ci inclus:

  • vinaigre de cidre de pomme
  • huile d’arbre à thé
  • crèmes et lotions à la vitamine E

Cependant, il est important de noter qu’il n’existe actuellement aucune preuve indiquant que les méthodes de remèdes maison sont meilleures que les options chirurgicales.

Les acrochordons sont-ils le signe d’autres problèmes de santé ?

Bien qu’elles ne soient pas cancéreuses, les acrochordons pourraient toujours être une indication d’autres troubles médicaux. Des études ont montré que ces excroissances sont plus fréquentes chez les personnes atteintes de dyslipidémie, d’hypertension ou d’hypertension artérielle. Ils ont également été associés à la résistance à l’insuline, ce qui en fait un signe externe potentiel pour des problèmes tels que :

  • athérosclérose
  • maladie cardiovasculaire
  • syndrome métabolique
  • Diabète
  • troubles lipidiques
  • Syndrome de Birt-Hogg-Dubé
  • polypes coliques
  • la maladie de Crohn
  • acromégalie

Demandez à un dermatologue aujourd’hui toute nouvelle croissance ou tout autre problème de peau aujourd’hui !

Points clés à retenir:

  • Les acrochordons sont des excroissances inoffensives et non cancéreuses sur la peau.
  • Ils peuvent se présenter sous différentes formes, tailles et couleurs, et se trouvent principalement sur le cou, les aisselles et toute autre zone sujette aux frottements.
  • Consultez toujours un dermatologue si vous développez des excroissances inhabituelles qui vous préoccupent.
  • L’élimination complète des étiquettes est possible grâce à des procédures chirurgicales professionnelles.
  • Ils pourraient offrir des indications d’autres troubles tels que le diabète, les maladies cardiovasculaires et plus encore.

A propos de l’auteur:

Je m’appelle Rain Speake, je suis titulaire d’un BSc en biologie humaine et d’un MSc en technologie de la santé de l’Université de Birmingham. Je m’intéresse aux soins de la peau et à la dermatologie et j’ai déjà entrepris des recherches sur la formulation d’un spray anti-cicatrices pour administration orale. Au-delà du laboratoire, j’aime me tenir au courant des nouvelles tendances scientifiques et communiquer au public des sujets liés à la santé.

Sources:

  • https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31613504/
  • https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28846244/
  • https://www.health.harvard.edu/a_to_z/skin-tags-acrochordon-a-to-z
  • https://blog.dana-farber.org/insight/2018/03/skin-tags-skin-cancer-know/
  • https://www.clinicalkey.com/#!/content/book/3-s2.0-B9780323476331000132
  • https://www.sciencedirect.com/topics/medicine-and-dentistry/skin-tag
  • https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5336429/
  • https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/2438887/

Image de courtoisie :

Catégories
Produits de soins

Zones plus sombres indésirables sur le corps


Salut Dr, j’espère que vous allez bien et s’il vous plaît répondez à mes questions doc j’ai vraiment besoin d’aide. Premièrement je suis une fille de 15 ans, comme je viens d’une famille musulmane, j’ai toujours dû porter des vêtements couverts depuis l’enfance et le Bangladesh est vraiment pollué et j’ai commencé à remarquer que j’avais un cou foncé (cou entier), des aisselles, plis de mon ventre, de mon genou, de mon coude, de mes doigts, de mes chevilles et surtout de l’intérieur des cuisses et du vagin très foncés. Cela a commencé à me préoccuper beaucoup et j’ai commencé à regarder des remèdes maison de YT, mais aucun d’eux n’a fonctionné du tout. 🙁 Puis après un certain temps, j’ai commencé à avoir des vergetures sur les cuisses, les hanches, les épaules et même à la surface du vagin. (Je ne sais pas comment ça s’appelle) Je ne peux pas porter de vêtements à col ouvert pour le obscurité Je me sens vraiment en insécurité. Je porte toujours un col haut ou un foulard autour du cou; Je me sens gêné et pour mentionner une chose avant de remarquer les parties sombres du corps avec lesquelles je prenais ma douche comme de l’eau seulement Je me sentais paresseux mais maintenant je vraiment frottez-moi mais cette obscurité ne veut tout simplement pas partir. Je ne sais pas quoi faire. Si cela vous aide, ma taille est de 5’6 et mon poids est d’environ 85 kg/190 livres. Aidez-moi s’il vous plaît. Je ne peux pas être avec ces parties sombres du corps. Je déteste mon corps et est-ce que les vergetures disparaissent ou restent pour toujours? Ma couleur de peau est brune.

Je suis si heureux que vous m’ayez écrit. Saviez-vous que j’ai vécu une fois à Dhaka, au Bangladesh, pendant 2 mois et que j’y ai fait du bénévolat à l’hôpital du choléra ? C’était pourtant il y a quelques années. 🙂 J’ai adoré être là, surtout les gens au Bangladesh.

Mais d’abord… parlons de ce que vous avez dit au sujet de la haine de votre corps. Je pense que de nombreuses jeunes femmes (et certaines femmes plus âgées) ont de temps en temps ces pensées. Donc d’abord, vous êtes normal d’avoir certaines de ces pensées. Mais … Je pense que nous, les femmes, devons lutter contre la façon dont nos cultures nous donnent ces images de notre corps dans la publicité qui ne correspondent pas vraiment à la plupart d’entre nous. Essayez, si vous le pouvez, de trouver un moyen d’aimer votre corps, même si vous travaillez à améliorer certaines choses.

Vous décrivez les zones plus sombres de vos plis cutanés, y compris votre cou. Avez-vous accès à un médecin là-bas? Si vous le faites, veuillez la voir car vous décrivez très probablement un problème de santé et vous aurez besoin de son aide. Premièrement, plusieurs affections liées aux hormones peuvent provoquer cela. Par exemple, il existe une maladie appelée acanthosis nigricans qui peut provoquer un noircissement et un changement de texture lié à des problèmes de glycémie et de poids.

Que faire en attendant de voir le médecin :

  • Il suffit de laver doucement avec un savon doux, de sécher et de mettre un peu de lotion ou d’huile naturelle sur votre peau
  • Ne frottez pas ! Cela aggrave en fait ce problème car la peau perçoit une blessure et produit plus de pigment.
  • Si vous n’avez pas subi de test de dépistage du diabète ou du prédiabète, veuillez vous faire tester et parler de votre peau au médecin.
  • Vos règles ont-elles commencé et sont-elles régulières ? Si ce n’est pas le cas, veuillez le mentionner à votre médecin également.
  • Assurez-vous que les vêtements ne sont pas trop serrés. Encore une fois, frotter sur les zones a tendance à aggraver le pigment.
  • Les vergetures peuvent simplement être une partie normale de la croissance ou peuvent être le signe d’un problème. Veuillez consulter un médecin/une infirmière.

J’espère que cela vous aidera et vous souhaite chaleureusement,

Dr Brandith

Catégories
Produits de soins

Comment utiliser Latisse pour combler les sourcils clairsemés !


Latisse travaillera-t-il pour remplir les sourcils ?

Pour appliquer sur les sourcils, utilisez la même brosse que vous utilisez sur vos cils pour Latisse. Rappelles toi, NE PAS utilisez les brosses fournies par Allergan. Ils sont affreux et gaspilleront une tonne de votre produit. Une fois par jour est bon pour les 2-3 premiers mois. Après cela, vous pourrez peut-être utiliser Latisse sur les sourcils un soir sur deux, mais essayez de voir, car les résultats varient. En outre, il est préférable de l’utiliser le matin, sur votre anti-cernes et sous votre autre maquillage. Si vous utilisez Latisse la nuit, une partie s’étale sur l’oreiller, etc. Laissez bien sécher avant de vous maquiller.

Lecture connexe :

  • En savoir plus sur Latisse, repérer la contrefaçon de Latisse et les effets secondaires possibles sur mon blog ici.
  • Vous avez une question sur votre peau ou vos options de soins de la peau? Écrivez votre question ici!

Catégories
Produits de soins

Les cinq éruptions cutanées virales infantiles les plus courantes –


L’une des raisons les plus courantes pour lesquelles les enfants tombent malades et doivent se rendre au service des urgences sont les infections virales. Bon nombre des infections virales observées dans l’enfance s’accompagnent d’éruptions cutanées, contribuant à une morphologie classique ou caractéristique et à une constellation de symptômes. Ces infections sont généralement de nature hautement infectieuse et se propagent rapidement entre les enfants de tranches d’âge similaires, parfois même transmises à des adultes vulnérables.

Que sont les exanthèmes et les hymnes ?

Lorsque l’infection virale provoque une éruption cutanée sur la peau, visible de l’extérieur à l’œil nu, on les appelle « exanthèmes ». Certaines infections virales provoquent une éruption cutanée à l’intérieur de la cavité buccale ou d’autres muqueuses, celles-ci sont appelées « énanthèmes ».

Les cinq exanthèmes viraux infantiles les plus courants et leurs signes et symptômes classiques sont énumérés ci-dessous :

  1. Rougeole ou rubéole

La rougeole est une infection par gouttelettes, c’est-à-dire qu’elle est contractée par les gouttelettes orales ou nasales d’une personne infectée lorsqu’elle tousse ou éternue. Elle reste une cause sérieuse de morbidité et de mortalité. Elle est très contagieuse et se présente avec de la fièvre et une éruption cutanée. L’éruption commence généralement derrière les oreilles et se propage vers le bas jusqu’au tronc et aux membres. Un enfant peut parfois être gravement malade. Des lésions sont présentes.

  1. Rubéole ou rougeole allemande

Une période de fièvre suivie d’un développement d’une éruption rosâtre, avec de petites zones rouges surélevées, généralement sur tout le corps. L’éruption commence sur le visage et s’étend vers le bas jusqu’au tronc et aux membres. Se résout généralement sans complications. L’enfant est le plus contagieux lorsque l’éruption se développe.

  1. Varicelle ou varicelle

Fréquent chez les enfants, très contagieux. Fatigue, irritabilité, fièvre, toux, écoulement nasal et éruption cutanée. Il y a souvent des antécédents de contact avec d’autres enfants qui ont eu une éruption cutanée similaire dans les jours précédant l’apparition. L’éruption cutanée est visible sur le visage, le tronc, sous les aisselles, à l’intérieur de la bouche, etc.

  1. Érythème infectieux ou cinquième maladie

Ceci est causé par le parvovirus B19 et est fréquent en hiver et au printemps. Il y a un prodrome de fièvre, de maux de tête et de maux de gorge, suivis d’une éruption cutanée commençant sur les joues. Cela conduit à une apparence rouge vif de « joue giflée ». Après deux jours, l’éruption s’étend au reste du corps.

  1. Roséola ou Exanthème Subitum

Il y a un début brutal de fièvre élevée suivi d’une éruption cutanée ressemblant à une rose qui se développe sur le corps.

Outre les exanthèmes viraux courants et classiques ci-dessus, il existe diverses autres causes d’exanthèmes viraux observés chez les enfants, dont certains comprennent :

  1. Mononucléose infectieuse
  2. Éruption cutanée associée au VIH/SIDA
  3. Maladie mains-pieds-bouche
  4. La fièvre de la dengue
  5. Pityriasis Rosea éruption cutanée

Si votre enfant développe de la fièvre puis une éruption cutanée, il est important de noter ou de surveiller les éléments suivants :

  • Quand l’éruption cutanée a-t-elle commencé ?
  • Comment s’étale-t-il, sur combien de jours ou d’heures ?
  • Quelles parties du corps sont concernées ?
  • Pensez-vous qu’il y a une éruption cutanée à l’intérieur de la bouche ou d’autres régions muqueuses?
  • L’enfant se nourrit-il et mange-t-il bien ?
  • Quelle est la fréquence d’uriner?
  • Est-ce que d’autres membres de la famille sont également touchés?

Que faire pour s’occuper de son enfant ?

  • Gardez le bébé ou l’enfant bien hydraté
  • Isoler des autres enfants, femmes enceintes
  • Évitez d’envoyer l’enfant à l’école ou à la garderie jusqu’à ce qu’il se rétablisse (cela aidera à prévenir la transmission à d’autres enfants)
  • Demandez conseil à votre médecin généraliste et donnez du paracétamol si besoin
  • Gardez une note du nombre de pipi
  • Donner beaucoup d’aliments mous, de liquides et de lait maternel/préparation selon l’âge de l’enfant
  • Des émollients apaisants peuvent être appliqués pour l’éruption cutanée ou une lotion à la calamine mélangée à de la paraffine liquide

Faut-il consulter un médecin ?

Oui. Certaines des maladies virales peuvent être graves et il est préférable de faire examiner l’enfant par votre médecin généraliste ou de vous rendre au service des urgences pour évaluer la gravité, confirmer le diagnostic et écarter toute complication possible. Il est également nécessaire de garder l’enfant bien reposé et hydraté pendant 7 à 10 jours jusqu’à sa guérison.

Traitement et prévention :

La plupart des infections virales se résolvent d’elles-mêmes et le traitement reste symptomatique. La récupération est généralement complète et les complications ne surviennent pas si un traitement précoce est initié. Des vaccins sont disponibles pour la plupart de ces infections, notamment la varicelle, la rougeole, la rubéole, et le fait de se faire vacciner à temps peut prévenir les infections et réduire la gravité de la maladie. En cas de maladies graves chez les enfants non vaccinés, des complications peuvent survenir et nécessiter une prise en charge à l’hôpital, en particulier avec des maladies telles que la rougeole et la varicelle.

En un mot:

  • Soyez toujours vigilant lorsqu’un enfant développe de la fièvre et vérifiez l’apparition d’éventuelles éruptions cutanées.
  • Le paracétamol et les médicaments contre le rhume en vente libre peuvent être administrés au besoin
  • Des émollients apaisants peuvent être appliqués pour l’éruption cutanée
  • Le repos et l’isolement sont les plus importants
  • Regardez le nombre de pipi pour vérifier tout signe de déshydratation
  • Assurez-vous que l’enfant boit beaucoup de liquides et mange bien

Sources:

  1. Exanthèmes communs de l’enfance – RCEMLearning
  2. Habif, Thomas P. Dermatologie clinique. 5e éd. Mosby Elsevier. 2010.

Image de courtoisie :

  1. Photo par cottonbro de Pexels
  2. Photo de CDC sur Unsplash

Catégories
Produits de soins

Quelle est cette MST « mangeuse de chair » ? –


Donovanose

Qu’est-ce que la donovanose ?

La donovanose, également connue sous le nom de granulome inguinal, est une maladie sexuellement transmissible (MST) rare caractérisée par des ulcérations génitales et buccales. Elle a également été effrayante surnommée la MST « mangeuse de chair » en raison des vastes lésions « rouges et charnues » qu’elle laisse sur les organes génitaux. Heureusement, il ne mange pas réellement la chair. Cependant, il faut toujours faire très attention et faire preuve de prudence, car des problèmes de santé catastrophiques à long terme peuvent survenir s’ils ne sont pas traités.

Demandez dès aujourd’hui à un dermatologue si vous avez des bosses, des bosses, des plaies ou tout autre problème de peau !

Quelles sont les causes de la donovanose ?

La cause la plus fréquente de donovanose est l’exposition sexuelle à des personnes infectées par le Klebsiella granulomatis bactéries. Les hommes et les femmes peuvent le contracter, mais les hommes sont deux fois plus susceptibles d’être touchés. La probabilité d’augmenter le risque d’infection peut inclure le fait d’avoir plusieurs partenaires sexuels et d’avoir des relations sexuelles non protégées. Il est donc très important de pratiquer des relations sexuelles protégées et d’éviter tout contact avec ceux qui ont des ulcères visibles.

Dans une faible proportion de la population, cette bactérie peut également se propager par contact direct peau à peau ou, par les matières fécales. En tant que telle, la maladie peut être observée chez les jeunes enfants et les adultes qui ne sont pas sexuellement actifs. Cependant, de manière générale, la plupart des infections surviennent chez des personnes âgées de 20 à 40 ans.

Quelle est la fréquence de la donovanose ?

La donovanose est rare mais peut être trouvée partout dans le monde. Il est principalement considéré comme « une infection des tropiques » en raison de sa présence probable dans des pays tels que la Papouasie-Nouvelle-Guinée, l’Inde et certains pays africains. Le plus souvent, il affecte généralement les régions qui n’ont pas accès aux soins de santé et affecte donc largement les communautés appauvries et marginalisées.

Dans le monde occidental, les cas de donovanose restent plutôt rares avec des MST plus courantes comme la chlamydia et la syphilis en tête de liste. Cependant, au cours des dernières semaines, une augmentation du nombre de donovanoses a étonnamment augmenté aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Comment savoir si j’ai la donovanose ?

Les premiers symptômes de la donovanose sont des plaies qui démangent ou des bosses fermes et surélevées principalement situées dans la région de l’aine, mais elles peuvent également être observées dans les régions anales et buccales. Chez les hommes, le pénis est généralement touché et chez les femmes, les lèvres. L’emplacement de ces grumeaux signifie où les bactéries sont entrées dans le corps mais sont normalement indolores. Au fil du temps, ils peuvent commencer à s’ulcérer et/ou apparaître plus gros et plus rouges. Cependant, l’aspect peut varier selon le type de donovanose contractée :

  • Ulcérogranulomateux : Il s’agit du type de donovanose le plus courant, caractérisé par des ulcères d’un rouge charnu qui saignent facilement.
  • Hypertrophique : Les ulcères ont un bord irrégulier et peuvent être complètement secs.
  • Nécrotique : Les ulcères sont plus profonds, douloureux au toucher et associés à une odeur nauséabonde.
  • Fibreux: Les ulcères sont indolores mais ressemblent à du tissu cicatriciel.

Demandez dès aujourd’hui à un dermatologue si vous avez des bosses, des bosses, des plaies ou tout autre problème de peau !

Comment la donovanose est-elle diagnostiquée?

Pour diagnostiquer la donovanose, un médecin peut effectuer un frottis (un échantillon de sang) de la partie affectée du corps. Si cela ne donne pas de résultat identifiable, une culture cellulaire d’un ulcère peut être réalisée à l’aide d’un coton-tige. D’autres techniques qui pourraient être utilisées comprennent une réaction en chaîne par polymérase (PCR) et des biopsies de tissus infectés. Obtenir un diagnostic précis est extrêmement important car il peut aider les cliniciens à déterminer s’il s’agit d’une donovanose ou d’une autre MST ou d’une infection présentant des symptômes similaires (par exemple, la syphilis).

Quel est le traitement de la donovanose ?

Une fois la donovanose confirmée par un professionnel de santé, le patient peut être traité assez rapidement avec des antibiotiques. Dans la plupart des cas, cela arrête efficacement la croissance des bactéries et permet aux ulcères infectés de disparaître en quelques jours sans autres complications.

Cependant, si l’infection a progressé à un stade avancé, une antibiothérapie peut être administrée pendant une période plus longue et en conjonction avec des analgésiques pour tenter de soulager la douleur causée par les ulcères. Dans les cas encore plus graves, la chirurgie pour enlever les ulcères peut être la seule solution pour se débarrasser de la maladie.

Pourquoi le traitement est-il important ?

Si elle n’est pas traitée, l’infection peut entraîner une inflammation remplie de pus et la croissance continue des ulcères. Bien qu’elle soit lente et progressive, cette croissance de l’ulcère peut éventuellement

conduire à la destruction des tissus génitaux sains. Dans ces cas, le rétrécissement de l’urètre, du vagin ou du canal anal, ou l’adhérence du scrotum au pénis peut être observé. Pour cette raison, des cicatrices permanentes, des déformations et des mutilations inesthétiques sont des complications attendues de cette maladie. De plus, l’infection peut également s’infiltrer dans les vaisseaux lymphatiques environnants et provoquer une obstruction. Les infections à donovanose de longue durée peuvent également se propager aux os et au foie et ont même été suggérées comme étant liées au cancer.

Comment prévenir l’infection par la donovanose?

Comme mentionné précédemment, pratiquer des relations sexuelles protégées est le meilleur moyen d’éviter d’attraper la maladie. Comme pour presque toutes les MST, l’utilisation de préservatifs offre la meilleure protection. Lorsque vous voyagez dans des pays tropicaux, l’utilisation du préservatif est fortement recommandée car la donovanose est connue pour être endémique dans ces régions.

Demandez dès aujourd’hui à un dermatologue si vous avez des bosses, des bosses, des plaies ou tout autre problème de peau !

Donovanose

A propos de l’auteur

Je m’appelle Rain Speake, je suis titulaire d’un BSc en biologie humaine et d’un MSc en technologie de la santé de l’Université de Birmingham. Je m’intéresse aux soins de la peau et à la dermatologie et j’ai déjà entrepris des recherches sur la formulation d’un spray anti-cicatrices pour administration orale. Au-delà du laboratoire, j’aime me tenir au courant des nouvelles tendances scientifiques et communiquer au public des sujets liés à la santé.

Sources:

  1. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/12473810/
  2. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7672488/
  3. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK513306/
  4. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/1774048/
  5. https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/9502458/

Image de courtoisie :

  1. Photo de Nataliya Vaitkevichde Pexels
  2. Photo de la Reproductive Health Supplies Coalition sur Unsplash

Catégories
Produits de soins

Avons-nous besoin de plus de tests? –


En novembre 2021, les données de l’OMS ont révélé que plus d’un million d’infections sexuellement transmissibles (IST) sont contractées chaque jour dans le monde. La plupart de ces infections sont malheureusement asymptomatiques.

Plus de 30 bactéries, virus et parasites différents sont connus pour être transmis par contact sexuel, cependant, huit de ces agents pathogènes sont classiquement décrits en utilisant le terme IST. Ces huit IST sont principalement causées par des bactéries et des virus, dont les quatre infections bactériennes (syphilis, gonorrhée, chlamydiose et trichomonase) sont complètement guérissables avec un traitement antibiotique. Si elles sont détectées et traitées tôt, elles peuvent être guéries sans séquelles ni complications.

Les quatre autres IST sont causées par des virus (VIH, papillomavirus humain, hépatite B et herpès). Bien que des antiviraux soient disponibles pour les traiter, ces infections ne peuvent pas être complètement guéries. De plus, nous avons des vaccins très efficaces contre le VPH et l’hépatite B et prévenant les infections par ces derniers.

Malgré les progrès de la science médicale ci-dessus, les taux de MST ont augmenté dans le monde entier au cours des dernières décennies. On estime que, dans le monde, plus de 500 millions de personnes âgées de 15 à 49 ans souffrent d’une infection génitale par le virus de l’herpès simplex (HSV). De plus, on estime qu’il y a 374 millions de nouvelles infections avec 1 des 4 IST : chlamydia, gonorrhée, syphilis ou trichomonase.[1]

À partir des données ci-dessus, on peut estimer l’énorme fardeau des IST dans le monde à l’heure actuelle. Et alors que des traitements efficaces sont disponibles pour un si grand nombre de ces infections, pourquoi n’avons-nous pas été en mesure de réduire les taux et les incidences de transmission ?

Cela est dû aux forts facteurs psychosociaux et à la stigmatisation de longue date associée aux IST. L’Organisation mondiale de la santé déclare que « les IST ont un impact direct sur la santé sexuelle et reproductive à travers la stigmatisation, l’infertilité, les cancers et les complications de la grossesse, et peuvent augmenter le risque de VIH. »

Les données de l’OMS sur la syphilis révèlent qu’en 2019, sur 78 pays déclarants, une moyenne de 3,2 % (fourchette de 1,1 % à 10,9 %) des personnes ayant bénéficié de soins prénatals ont été testées positives pour la syphilis. La syphilis pendant la grossesse est la deuxième cause de mortinatalité dans le monde et entraîne diverses complications chez les nouveau-nés. Cependant, si diagnostiqué avec un simple test pendant la grossesse, il peut être complètement traité. La plupart des pays ont maintenant des lois pour fournir un test de dépistage de la syphilis et du VIH pendant la grossesse à chaque femme enceinte qui accède aux soins de santé.

Dans le monde entier, la syphilis est une infection très répandue chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH). Le nombre croissant de HSH a contribué à l’augmentation des taux d’IST. La syphilis infecte en moyenne 11,8 % (fourchette de 5,2 % à 19,6 %) des HSH des 25 pays déclarants en 2019, selon les données de l’OMS. De nombreux pays ont signalé des tendances à la hausse. La syphilis non traitée peut entraîner de graves complications chez 25 % des personnes infectées qui ne reçoivent ni diagnostic ni traitement. Les complications peuvent être graves et même mortelles et peuvent augmenter le risque d’acquisition et de transmission du VIH.[2]

L’infection au VPH provoque le cancer du col de l’utérus. Le cancer du col de l’utérus est le quatrième cancer le plus fréquent chez les femmes dans le monde. L’hépatite B a entraîné environ 820 000 décès en 2019, principalement dus à la cirrhose et au carcinome hépatocellulaire (cancer primitif du foie).

En 2020, le nombre mondial de personnes vivant avec le VIH était de 37,7 millions, contre 25,5 millions en 2000. Cela reflète la transmission continue du VIH malgré les réductions de l’incidence. L’Afrique subsaharienne reste la région la plus gravement touchée, avec près d’un adulte sur 25 (3,6%) vivant avec le VIH et représentant plus des deux tiers des personnes vivant avec le VIH dans le monde.[3]

La santé sexuelle des adolescents dans les pays en développement est un autre problème majeur. Il y a plus d’un milliard d’adolescents dans le monde, dont 70 % vivent dans des pays en développement. En Afrique subsaharienne, où le SIDA est une épidémie, environ les deux tiers des personnes infectées sont des adolescents.[4]

Les taux de MST sont plus difficiles à déterminer dans les pays sous-développés ou en développement en raison du manque d’accès aux soins de santé et du manque de dépistage des MST. La forte stigmatisation des MST dans ces pays retarde davantage les tests, car beaucoup essaient d’éviter de se faire dépister malgré les symptômes. Les femmes enceintes n’ont pas toujours accès à des établissements de soins de santé adéquats, et lorsqu’ils sont disponibles, ceux-ci sont géographiquement inaccessibles et donc les tests et le traitement sont retardés. Dans les pays développés, cependant, les tests MST sont plus facilement disponibles et largement utilisés, ce qui se reflète dans les données.[5]

En outre, il est à noter que de nombreux médecins ou professionnels de la santé dans les pays à revenu faible ou intermédiaire s’appuient sur l’identification de signes et de symptômes cliniques cohérents et facilement reconnaissables pour guider le diagnostic et le traitement des IST, sans se fier aux tests, car la plupart des gens ne seraient pas en mesure de supporter le coût supplémentaire d’un test.

D’après l’expérience de l’auteur en Inde, lorsqu’il y a le choix entre prescrire un test ou prescrire un traitement susceptible de guérir le patient (une fois le diagnostic établi cliniquement), les médecins préfèrent souvent ce dernier. De plus, il est assez difficile d’envoyer le patient se faire tester, car nombre d’entre eux ne donneraient pas suite aux résultats et le traitement resterait ainsi incomplet. Cependant, ce sont quelques-unes des raisons qui contribuent aux faibles incidences signalées des IST dans les pays en développement.

Cette approche de diagnostic et de traitement des IST en fonction des caractéristiques cliniques est appelée prise en charge syndromique. Cette méthode s’appuie sur des organigrammes cliniques et permet aux agents de santé de diagnostiquer une infection spécifique en fonction des syndromes observés (par exemple, pertes vaginales, pertes urétrales, ulcères génitaux, douleurs abdominales).

La prise en charge syndromique est simple, assure un traitement rapide le jour même et évite des tests diagnostiques coûteux ou indisponibles pour les patients présentant des symptômes. Cependant, un inconvénient est que cette approche entraîne un surtraitement et un traitement manqué car la majorité des IST sont asymptomatiques. Ainsi, l’OMS recommande que les pays améliorent la prise en charge syndromique en incorporant progressivement des tests de laboratoire pour étayer le diagnostic.

En outre, le dépistage des IST avec des tests adéquats reste important dans les groupes à haut risque et vulnérables tels que les femmes enceintes, les adolescents, les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, les professionnel(le)s du sexe, etc. pour améliorer l’accessibilité à la même.

Alors que la plupart des villes indiennes ont désormais un accès systématique à des laboratoires de bonne qualité, même si des tests à domicile sont facilement disponibles, la situation dans les villages reculés n’est pas si bonne. Ces résidents doivent souvent parcourir de longues distances, parfois des heures, pour atteindre le centre de dépistage le plus proche, ce qui entraîne des taux de dépistage très faibles.

Et le fardeau des IST asymptomatiques, qui contribue à leur transmission continue dans la population, ne peut être traité que par un dépistage et des tests généralisés. Le développement et la disponibilité de tests rapides et fiables pour les IST sont le besoin de l’heure, les tests rapides n’étant actuellement disponibles facilement que pour la syphilis et le VIH.

Ainsi, à mesure que des progrès médicaux sont réalisés et que de nouveaux tests sont développés dans le monde, il est peut-être temps d’améliorer les tests et l’accessibilité aux tests dans les pays en développement d’Asie, d’Afrique subsaharienne et d’Amérique latine, où un fardeau majeur des IST se fait sentir actuellement.

Sources:

  1. Infections sexuellement transmissibles (IST) (who.int)
  2. Données sur la syphilis (who.int)
  3. Nombre estimé de personnes (tous âges) vivant avec le VIH (who.int)
  4. Santé sexuelle des adolescents dans le monde en développement (borgenproject.org)
  5. Taux de MST par pays (worldpopulationreview.com)

Image de courtoisie :

  1. Photo de Srimathi Jayaprakash sur Unsplash
  2. Photo de Ian Macharia sur Unsplash